Nous contacter : 04 42 22 80 10
CYBERLETTER

inscrivez votre adresse ci dessous

Combien puis-je emprunter ?

Il n’est évidemment pas possible de donner une formule mathématique toute prête qui marcherait à tous les coups. Sauf à être en deçà des possibilités réelles. En revanche, il peut être tiré quelques enseignements liés à notre expérience de plus de 20 ans dans ce domaine.

La mensualité maximum que vous pourrez supporter est, selon les critères bancaires, aux alentours de 33% de vos revenus nets ; soit entre 1 300 € et 1 500 € mensuel environ pour un revenu de 4 000 €.

La stabilité des revenus sera prise en compte pour revoir ce taux à la hausse ou à la baisse. Il est d’évidence qu’un fonctionnaire qui a 10 ans d’ancienneté est plus apprécié des banques qu’un Conseil en Management d’Entreprise inscrit en indépendant qui débute.

Le niveau des revenus sera déterminant pour adapter le taux de 33% à la hausse ou à la baisse. Il est aisé de comprendre qu’un tiers de revenu alloué au remboursement d’un prêt est plus lourd à supporter sur un petit revenu (les dépenses de base de première nécessité sont quasiment les mêmes pour tous) que sur un revenu conséquent qui dispose de plus de facilités pour payer les dépenses de premières nécessités avec les 2/3 restant.

La durée du prêt joue également car plus la durée est longue et plus la mensualité est petite (cf rubrique sur les regroupements de crédits)

L’apport personnel est pris en compte à double titre. Tout d’abord en tant qu’apport il diminue les besoins de financement mais aussi, pour le banquier,  il est un indicateur de l’implication de l’emprunteur dans la réalisation de son projet et à un côté « rassurant » tout comme les produits d’épargne déjà réalisés par ailleurs.

Les prêt aidés viennent égalent augmenter cette capacité de prêt.

Le type de prêt choisi (In fine ou amortissable). Le prêt in fine est un prêt où l’emprunteur ne paye que les intérêts et éventuellement les primes d’assurance. 

Il est à noter que ce taux de 33% peut aisément varier pour être compris entre  20% à 40%.

Enfin, quand il s’agit d’un crédit immobilier pour l’acquisition d’un bien immobilier locatif, la banque tient compte des loyers potentiels que la location va générer à hauteur d’environ 80%.