Nous contacter : 04 42 22 80 10
CYBERLETTER

inscrivez votre adresse ci dessous

Les prêts et la durée

Plus le prêt est long est plus les mensualités sont petites.

Plus le prêt est long est plus le montant total des intérêts payés à la banque sont importants.

La longueur du prêt est donc un arbitrage entre un souci (voire une obligation) de mensualités les plus minorées possibles et la volonté de ne pas trop payer d’intérêts.

Hormis la réalité de l’âge, l’arbitrage est avant tout psychologique !

Il y a celui qui préfère en faire le plus possible : il privilégiera le prêt long surtout sur un investissement immobilier locatif où les intérêts sont déductibles.

Il y a celui qui veut en payer le moins possible : il privilégiera le prêt court.

La vérité objective est à trouver dans l’expression, la compréhension et l’acceptation de ses objectifs patrimoniaux.

Pour exemple 200 000 € empruntés sur :

  • 10 ans donnent une mensualité de 1 987 € pour un montant total d’intérêts payés de 38 452 € (3,60% hors assurance)
  • 15  ans donnent une mensualité de 1 469 € pour un montant total d’intérêts payés de 64 487 € (3,90% hors assurance)
  • 20 ans donnent une mensualité  de  1 233 € pour un montant total d’intérêts payés de 95 953 € (4,20% hors assurance)
  • 25 ans donnent une mensualité de 1 083 € pour un montant total d’intérêts payés de 125 042 € (4,25% hors assurance)
  • 30 ans donnent une mensualité de 1 019 € pour un montant total d’intérêts payés de 166 955 € (4,55 % hors assurance)

Il est à noter que si on place mensuellement  et pour exemple 968 € (soit 11 616 € par an qui constitue la différence de remboursement entre un prêt 10 ans et un prêt 30 ans) sur un contrat d’assurance-vie qui rapporte en moyenne 4% net par an on aura au bout de 10 ans la somme de 140 000 € environ or au bout de 10 ans, il reste 160 000 € de capital à rembourser sur le prêt de 30 ans.

Enfin signalons qu’en terme de protection de sa famille en cas de décès ou d’invalidité, l’assurance souscrite sur le prêt rembourse intégralement le prêt tant que le prêt existe et les sommes versées via le contrat d’assurance-vie aux bénéficiaires reçoivent un traitement fiscal favorable.